Paris, le 20 février 2013.

Au cours de deux récentes auditions, le Syndicat de la presse indépendante d’information en ligne (Spiil)  a appelé à une véritable refonte des aides à la presse et à une réforme profonde de leur gouvernance.

Le Spiil été auditionné le 15 février par le groupe de réflexion sur la réforme des aides à la presse du ministère de la culture, animé par Roch-Olivier Maistre, conseiller maître à la Cour des comptes, puis le 19 février par le groupe de travail sur la presse de l’Assemblée nationale, présidé par le député Michel Françaix.

Le Spiil rappelle que les aides publiques à la presse ont pour vocation première la préservation du pluralisme de la presse. Ce principe, « reconnu par le Conseil constitutionnel, constitue le fondement historique de l’aide de l’État et le cœur de sa politique actuelle », comme le rappelle la Cour des comptes dans son dernier rapport annuel.

Or, force est de constater que cet objectif n’est pas atteint malgré les sommes très importantes attribuées chaque année à la presse par l’État.  Depuis 1945, un seul nouveau quotidien national a réussi à rester en vie, Libération, pendant que de nombreux autres disparaissaient. Pour ce qui est de la presse régionale, il est aujourd’hui quasiment impossible de citer des quotidiens qui ne sont pas en position de monopole absolu dans leur zone de diffusion.

Le Spiil fait le constat que l’écosystème actuel fait obstacle à l’arrivée de nouveaux entrants. Or c’est par l’innovation et l’émergence de nouveaux titres que le pluralisme de la presse française pourra être assuré.

À l’occasion de ces auditions, le Spiil a proposé une feuille de route « pour une réforme des aides publiques à la presse et la création d’un Fonds pour l’innovation de la presse numérique ». 

Elle fait suite au « Manifeste pour une nouvel écosystème de la presse numérique », publié en octobre 2012, et dans lequel le Spiil se prononçait déjà pour la suppression en trois ans des aides directes actuelles à la presse. 

Le Spiil appelle notamment à la création de mécanismes entièrement nouveaux, adaptés à la révolution numérique en cours. Il se prononce pour le renforcement des aides indirectes (en particulier le taux de TVA réduit à 2,10% pour la presse numérique et papier) et insiste sur la nécessité absolue de développer le soutien public à l’innovation pour la presse numérique.

Contact presse:

Maurice Botbol 
- Président du Spiil

botbol@spiil.org  - 01 44 88 26 16

Créé en octobre 2009, le Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (Spiil) regroupe plus de 60 éditeurs de presse ayant le numérique comme activité de référence.
 Ses objectifs sont de: 

- Promouvoir une presse indépendante et de qualité sur Internet ; 

 - Défendre un cadre juridique et réglementaire qui permette un réel développement économique de la presse en ligne, et assure sa pérennité ; 

- Participer activement au renforcement d'un métier en pleine évolution.

.