Le Syndicat de la presse indépendante d'information en ligne (Spiil) a rédigé une réponse à la consultation organisée par le ministère de la Culture suite au rapport Roch-Olivier Maistre sur les aides à la presse.

Pour rappel, le rapport insiste sur le fait que la différence actuelle de taux de TVA (19,6% pour le numérique ; 2,10% pour le papier) "constitue une anomalie, une distorsion de concurrence, à laquelle il faut à l’évidence mettre fin". Il insiste aussi sur la nécessité de préserver le "principe de solidarité" entre toutes les formes de presse, en refusant de différencier au plan fiscal la presse IPG (information politique et générale) et la presse non IPG.

Plus que jamais, la presse française, qu’elle soit imprimée ou numérique, a besoin d’un environnement juridique, social et fiscal structurant, de nature à favoriser son développement dans une période de mutation structurelle aigue. Le Spiil considère que les mesures décidées par le gouvernement doivent être de nature à favoriser le développement de projets destinés à accompagner la filière dans sa mutation technologique et économique.